CGT Essonne 91 | Pour un service public garant de l’égalité d’accès à des droits renforcés : Toutes et tous concernés, toutes et tous dans l’action le mardi 10 octobre 2017

Le gouvernement Macron-Philippe mène une politique de violentes régressions sociales, soumise au diktat du patronat.

En contrepoint aux intentions de casse du Code du Travail, la fin du statut de la Fonction Publique serait programmée. Dans la droite ligne de la Loi travail XXL, le gouvernement multiplie les annonces de démantèlement accéléré du service public dans un pays déjà largement dévasté par les inégalités, la désindustrialisation, le chômage et la dérégulation environnementale face aux intérêts des lobbies.

En résistance à ces attaques d’une envergure jamais atteinte, un processus de mobilisation interprofessionnelle nous achemine vers des semaines riches en actions convergentes.

Les agents des trois versants de la Fonction Publique sont déjà les victimes d’un train de réformes dont les citoyens pâtissent quotidiennement. Les cadeaux au patronat se chiffrent annuellement par dizaines de milliards pendant que les collectivités sont privées de dotation budgétaire (moins 13 milliards supplémentaires d’ici la fin du quinquennat) et pénalisées financièrement si elles ne réduisent pas assez rapidement leurs effectifs. Sur le département de l’Essonne, touchée par le virus de la métropolisation galopante et de la mise en concurrence des territoires, nous payons le prix fort.

La suppression de dizaines de milliers de postes dans la fonction publique s’impose : réduction drastique des contrats aidés destinés à soutenir l’accès à l’emploi des plus fragilisé.es (moins 200 pour le seul secteur de l’éducation), non-remplacements, externalisations, réorganisations de service à marche forcée.

Les fermetures de centaines de sites se succèdent dans des quartiers où les besoins sont criants (antennes CNAV et CPAM, bureaux de poste, Centres des  impôts, etc.). Parallèlement l’offre de soins se réduit, certains hôpitaux sont menacés de fermeture, les lycées sont saturés et le service public d’orientation pour les jeunes est aussi menacé par le désengagement du Conseil Départemental.

Les fusions des communes se font sans aucune concertation avec la population, la mutualisation des services restreint dramatiquement leur accès. La baisse de dotations aux collectivités territoriales est insuffisamment dénoncée par les élus locaux ; elle se traduit pourtant par de nouvelles formes de maltraitances infligées aux agents de la fonction publique comme aux salarié.es d’employeurs en délégation de service public. En matière de salaires, de carrière, de conditions de travail, de formation et de retraite, tous les conquis par la lutte sont très durement attaqués.

À LA RIPOSTE !

La Fonction Publique et son indépendance sont une garantie pour les citoyens ! C’est un déluge de reculs qui s’abat sur le Service Public, donc sur la population. La mobilisation commune s’impose.

Dans ce contexte l’Union Départementale appelle les salarié-es public/privé à la mobilisation, à la grève et à rejoindre la manifestation parisienne le mardi 10 octobre – 14h République

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *