Salaires : pénurie de beurre …et d’épinards

Les salaires et pensions sont une des préoccupations majeures des français.Ils sont au centre d’un affrontement idéologique mené par le patronat qui impose ses vues au gouvernement.

On nous répète -jusqu’à la nausée- que « rémunérer le travail pénaliserait la compétitivité dans les entreprises », que notre modèle social est un handicap dans la guerre économique. Gouvernement et patronat nous assènent cette pseudo « vérité » alors que les indicateurs économiques montrent que nos entreprises souffrent d’un manque d’investissement, d’une trop forte rémunération des actionnaires et d’une consommation en déclin, faute d’emplois et de salaires corrects. C’est cette même pensée unique qui est mise en œuvre par les gouvernements et patronat européen dans le but de réduire par tous les moyens ce qu’ils appellent le « coût du travail ».

Augmenter les salaires, c’est donner les moyens à chaque salarié de vivre mieux, de se loger mieux, de manger mieux, de se cultiver et de consommer. C’est offrir , du coup, un plus grand débouché aux productions des entreprises.

C’est améliorer les finances de la protection sociale (santé, retraite…).

C’est faire le choix d’investir là où vivent les salariés et leur famille car il y a peu de chances que l’argent de nos salaires serve à la spéculation financière ou aille grossir le flot de l’évasion fiscale.

https://www.humanite.fr/node/323935

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *