Gestion de la pandémie selon le Président du CD 91

Nous, syndicat CGT du Conseil départemental de l’Essonne, représentant du personnel  souhaitons vous informer sur la gestion de la pandémie par le Président du Conseil départemental de l’Essonne.

A la fin de l’état d’urgence sanitaire le 11 juillet 2020, le jour de carence ainsi qu’une pénalisation financière pour les agents du département en cas d’arrêt maladie ont été de nouveau appliqués.

Ces mesures génèrent un report du recours aux soins, ce qui est délétère pour la santé de l’agent(e) et peut favoriser la transmission des pathologies, en particulier en situation épidémique.

Devant la progression de la pandémie, les Autorisations Spéciales d’Absences pour les personnes en suspicion de contamination ou contaminées sont de nouveau possibles, pour que l’aspect financier ne soit pas un facteur de frein et ce, dès le 1er septembre.

En effet du 11 juillet au 31 août 2020, le maintien de ces pénalisations financières a incité des agents à se rendre sur leur lieu de travail malgré des troubles somatiques ou psychiques à contre-courant des préconisations sanitaires les plus élémentaires.  Elles ont été à l’inverse de la prévention de l’épidémie puisqu’elles sont une incitation à minorer tout symptôme, y compris de la COVID-19, afin d’éviter la perte d’une partie du salaire.

La CGT a demandé à plusieurs reprises le retrait de ces pénalisations. La CGT déplore aujourd’hui qu’il faille attendre des mesures gouvernementales en matière de santé publique pour que Monsieur Durovray, Président du Conseil départemental de l’Essonne accepte de protéger ses agents en contact avec les essonniens.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.