Et si nous prenions le pouls de nos services départementaux…

Quel est l’état général de la collectivité?

    •  Des agents qui doivent batailler pour avoir des outils nécessaires notamment durant la crise sanitaire (outils informatiques pour le télétravail…)
    •  Des «distributions» de primes dans la plus grande opacité (comme la prime COVID, CIA, CIC)
    • Des évaluations annuelles incohérentes et éloignées de la réalité du travail, avec beaucoup d’agents qui voient leur note baisser sans raison apparente…
    • Des luttes incessantes de nos représentants du CHSCT pour obtenir des enquêtes dans les services en difficulté(DIE), des mesures adéquates pour le COVID et la prise en compte des risques psycho sociaux et qui dénoncent la dégradation des conditions de travail,
    • Sans parler des moyens humains (beaucoup de départs et peu d’arrivées) ! Mais qui voudrait venir dans cette collectivité en ce moment?

Et que dire des réorganisations incessantes ni concertées ni comprises ? …

Ce Conseil départemental pratique la gestion par le vide, se contentant d’offrir à  l’extérieur une belle vitrine !

A titre d’exemples, nous vous signalons quelques directions qui nous ont saisis:

Dans le secteur de la Protection Maternelle et Infantile: départ de 16 médecins en 2019-2020 et 9 départs à prévoir en 2021, sans compter le nombre de professionnels assurant un service de qualité qui ont également quitté la collectivité

Du côté des sociaux: en ces temps de crise économique et sociale, la confiance des professionnels dans le soutien de l’administration s’est gravement détérioré.

Après l’alerte donnée par «Je suis Brunoy» en 2019, aucune solution n’a émergé des circuits de décisions départementaux

.Si certains encadrants tentent de maintenir le sens du travail (et nous les saluons), d’autres sont gagnés par une épidémie de déshumanisation du travail social. A coups de procédures, formulaires et tableaux Excel, ils tentent de coller à des objectifs déconnectés du réel dans une approche dévalorisante des usagers du service.

Résultat: Tout le personnel du secteur social est en première ligne, se battant pour maintenir les règles éthiques, l’écoute réelle des usagers et ne pas participer à la violence institutionnelle. Mais les agents sont harassés et maltraités.

Des ressources dites humaines exsangues: La DRH est au cœur de toute collectivité. Elle est en lien avec chaque agent, tout au long de sa carrière.

Depuis quelques années, on assiste à une véritable hémorragie au sein de cet organe pourtant essentiel au fonctionnement de notre collectivité. Un turn-over incessant, des outils obsolètes et des réorganisations successives et incohérentes qui essoufflent les équipes et maltraitent les agents.

Les agents de cette direction sont surchargés, ils doivent remplacer plusieurs postes à la fois jusqu’à l’épuisement, les nouveaux recrutés doivent être opérationnels sans même un temps de formation ou d’observation, et les agents de la collectivité sont de plus en plus mécontents, faute d’obtenir une réponse sur des questions aussi importantes que la maladie, leur carrière ou leur retraite.

Direction de l’Autonomie: Des cas de maltraitance avérés notamment pendant la crise sanitaire mais aussi pendant les évaluations professionnelles.

Les collèges: de plus en plus de secteurs externalisés, toujours pas d’outils informatiques appropriés, donc des difficultés à obtenir des informations du département.

Politique du département de l’Essonne envers son personnel : Circulez, il n’y a rien à voir

 

C’est pourquoi, nous vous invitons à rejoindre la mobilisation initiée par le secteur social les 15, 16 et 17 mars 2021 en prenant part à ces journées par différentes actions telles que:
  • Photos anonymes en lien avec vos difficultés que nous relaierons sur les réseaux sociaux,
  • Rassemblements,
  • Affiches et témoignages à nous faire parvenir avec vos mots illustrant votre mal-être (modèle d’affiche jointe) etc …

affichette journées de mobilisation

en haut du document cliquer sur « activer la modification »

 

Photo de Maude Goupil, Flickr.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.